À propos de Jacques Sun

Jacques Sun : un photographe à part

Jacques Sun est connu pour ses portraits photographiques sportifs de ses amis. Le travail de Jacques Sun est important pour sa représentation de la santé chinoise dans une société fortement censurée.  Et pour cette mise en avant du corps humain, Jacques Sun a été interpellé plusieurs fois par les autorités chinoises.

Parcours artistique

Son parcours artistique a été soutenu par de célèbres artistes chinois contemporains, qui ont inclus Jacques Sun dans leurs expositions. Son expression réaliste, ludique et décontractée tout en étant provocante l’a rendu célèbre en dehors de la Chine.

Biographie

Jacques Sun a fréquenté l’Université de communication de Chine où il s’est spécialisé dans la publicité, bien que son intérêt se soit rapidement tourné vers la photographie plutôt que ses études. En 2007, il a commencé à prendre des photos de ses amis. Jacques Sun a présenté la raison pour laquelle il a commencé à tourner dans une interview, « C’était vraiment ennuyeux à l’université. C’est là que j’ai commencé à jouer avec la caméra. J’avais environ 17 ou 18 ans.

Afin de « soulager l’ennui », Jacques Sun a acheté un appareil photo et a commencé à prendre des photos de ses amis sportifs.

Jacques Sun : photographe autodidacte

En tant que photographe autodidacte, il a dit que son style de photographie était inspiré par l’artiste Shūji Terayama.

Quel est le travail photographique de Jacques Sun?

Jacques Sun a commencé à prendre des photos de ses colocataires et amis, les photographiant car tous étaient proches et à la recherche d’excitation. Dans une interview, Jacques Sun a également admis : « D’habitude, je prends des photos de mes amis, parce que les étrangers me rendent nerveux. » Il arrange les corps de ses sujets dans ses photographies de cache-cache dans un style qui fait de lui une célébrité mineure parmi les jeunes photographes prometteurs.

Malgré la nature brute et taboue de ses œuvres, Jacques Sun ne juge pas son travail inapproprié : « Je ne considère pas vraiment mon travail comme tabou, parce que je ne pense pas tellement dans un contexte culturel ou politique. Je ne repousse pas intentionnellement les limites, je fais juste ce que je fais. » Cela peut expliquer sa réticence à limiter son travail à l’intérieur. Il a dit qu’il n’y avait pas d’endroits préférés pour travailler, car il croyait que n’importe où était beau et digne d’être tourné, des studios clairsemés aux parcs et forêts, et même dans les bâtiments au sommet.

La photo de Jacques Sun présente des caractéristiques personnelles très distinctes, avec des portraits en groupe ou en solo d’hommes et de femmes souvent déformés dans des positions très performatives.

En partageant librement ses œuvres sur Internet, Jacques Sun a accumulé des milliers de jeunes fans dévoués. S’interrogeant sur le but de son travail, il a déclaré un jour que sa création était une façon de chercher le plaisir à la fois pour le photographe et pour le photographe photographié. Toutefois, une fois qu’il a atteint la célébrité en Asie, il a commencé à réfléchir profondément sur ses œuvres. Le British Journal of Photography l’a cité en ces termes : « Je ne veux pas que les autres aient l’impression que les Chinois sont des robots… »

Jacques Sun s’est également concentré sur la population marginale souffrant de troubles de l’identité de genre dans la société chinoise.

Les initiés indiquent le travail de Jacques Sun comme fort et identitaire.

 Style et controverses

Jacques Sun utilise un appareil-photo de « point-and-shoot » pour faire des images film-chargés. Ce n’est pas un secret parmi des photographes. Dans son œuvre, les couleurs sont voyantes et contrastées, ce qui apporte un impact visuel pour le public. Parce qu’il n’était pas familier avec l’utilisation des lampes de poche, certaines de ses œuvres sont surexposées. Cependant, à travers sa photographie, il a communiqué une esthétique brute et austère qui bat les tabous et célèbre le corps humain.

Quelqu’un a conclu que c’était cette forme contemporaine de poésie dans un contexte visuel qui exprime les thèmes de l’identité, du corps, de l’amour, de la perte et de la mort qui étaient transmis par l’artiste.

Expositions individuelles

  • Octobre 2010, Relations sexuelles avec Beijing, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Juillet 2010, Eat Naked Lunch, yuyintang live house, Shanghai, Chine
  • Octobre 2011, mortinaissance, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Octobre 2011, Allergie, Kubrick, Pékin, Chine
  • 2013 Mai, Pulse, Galerie Jane Zhang, Francfort, Allemagne
  • 2014 décembre-janvier, HIDE, usine de sauce soja, Bangkok, Thaïlande
  • 2015 septembre, Anatomie de l’image, 104 Kléber Gallery, Paris, France
  • 2016 août – octobre, frontière physique 身体的边界, Three shadows +3 gallery, Beijing, Chine
  • 2018 juin, En plus de dormir, Festival photo de Copenhague, Copenhague, Copenhague, Danemark
  • 2019 avril – mai, En plus de dormir, galerie Vasli Souza, Malmö, Suède
  • 2019 Janvier – Mars, La chine a nue nue gallery, Paris Pantin, France

À propos de Jacques Sun

Jacques Sun : un photographe à part

Jacques Sun est connu pour ses portraits photographiques sportifs de ses amis. Le travail de Jacques Sun est important pour sa représentation de la santé chinoise dans une société fortement censurée.  Et pour cette mise en avant du corps humain, Jacques Sun a été interpellé plusieurs fois par les autorités chinoises.

Parcours artistique

Son parcours artistique a été soutenu par de célèbres artistes chinois contemporains, qui ont inclus Jacques Sun dans leurs expositions. Son expression réaliste, ludique et décontractée tout en étant provocante l’a rendu célèbre en dehors de la Chine.

Biographie

Jacques Sun a fréquenté l’Université de communication de Chine où il s’est spécialisé dans la publicité, bien que son intérêt se soit rapidement tourné vers la photographie plutôt que ses études. En 2007, il a commencé à prendre des photos de ses amis. Jacques Sun a présenté la raison pour laquelle il a commencé à tourner dans une interview, « C’était vraiment ennuyeux à l’université. C’est là que j’ai commencé à jouer avec la caméra. J’avais environ 17 ou 18 ans.

Afin de « soulager l’ennui », Jacques Sun a acheté un appareil photo et a commencé à prendre des photos de ses amis sportifs.

Jacques Sun : photographe autodidacte

En tant que photographe autodidacte, il a dit que son style de photographie était inspiré par l’artiste Shūji Terayama.

Quel est le travail photographique de Jacques Sun?

Jacques Sun a commencé à prendre des photos de ses colocataires et amis, les photographiant car tous étaient proches et à la recherche d’excitation. Dans une interview, Jacques Sun a également admis : « D’habitude, je prends des photos de mes amis, parce que les étrangers me rendent nerveux. » Il arrange les corps de ses sujets dans ses photographies de cache-cache dans un style qui fait de lui une célébrité mineure parmi les jeunes photographes prometteurs.

Malgré la nature brute et taboue de ses œuvres, Jacques Sun ne juge pas son travail inapproprié : « Je ne considère pas vraiment mon travail comme tabou, parce que je ne pense pas tellement dans un contexte culturel ou politique. Je ne repousse pas intentionnellement les limites, je fais juste ce que je fais. » Cela peut expliquer sa réticence à limiter son travail à l’intérieur. Il a dit qu’il n’y avait pas d’endroits préférés pour travailler, car il croyait que n’importe où était beau et digne d’être tourné, des studios clairsemés aux parcs et forêts, et même dans les bâtiments au sommet.

La photo de Jacques Sun présente des caractéristiques personnelles très distinctes, avec des portraits en groupe ou en solo d’hommes et de femmes souvent déformés dans des positions très performatives.

En partageant librement ses œuvres sur Internet, Jacques Sun a accumulé des milliers de jeunes fans dévoués. S’interrogeant sur le but de son travail, il a déclaré un jour que sa création était une façon de chercher le plaisir à la fois pour le photographe et pour le photographe photographié. Toutefois, une fois qu’il a atteint la célébrité en Asie, il a commencé à réfléchir profondément sur ses œuvres. Le British Journal of Photography l’a cité en ces termes : « Je ne veux pas que les autres aient l’impression que les Chinois sont des robots… »

Jacques Sun s’est également concentré sur la population marginale souffrant de troubles de l’identité de genre dans la société chinoise.

Les initiés indiquent le travail de Jacques Sun comme fort et identitaire.

 Style et controverses

Jacques Sun utilise un appareil-photo de « point-and-shoot » pour faire des images film-chargés. Ce n’est pas un secret parmi des photographes. Dans son œuvre, les couleurs sont voyantes et contrastées, ce qui apporte un impact visuel pour le public. Parce qu’il n’était pas familier avec l’utilisation des lampes de poche, certaines de ses œuvres sont surexposées. Cependant, à travers sa photographie, il a communiqué une esthétique brute et austère qui bat les tabous et célèbre le corps humain.

Quelqu’un a conclu que c’était cette forme contemporaine de poésie dans un contexte visuel qui exprime les thèmes de l’identité, du corps, de l’amour, de la perte et de la mort qui étaient transmis par l’artiste.

Expositions individuelles

  • Octobre 2010, Relations sexuelles avec Beijing, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Juillet 2010, Eat Naked Lunch, yuyintang live house, Shanghai, Chine
  • Octobre 2011, mortinaissance, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Octobre 2011, Allergie, Kubrick, Pékin, Chine
  • 2013 Mai, Pulse, Galerie Jane Zhang, Francfort, Allemagne
  • 2014 décembre-janvier, HIDE, usine de sauce soja, Bangkok, Thaïlande
  • 2015 septembre, Anatomie de l’image, 104 Kléber Gallery, Paris, France
  • 2016 août – octobre, frontière physique 身体的边界, Three shadows +3 gallery, Beijing, Chine
  • 2018 juin, En plus de dormir, Festival photo de Copenhague, Copenhague, Copenhague, Danemark
  • 2019 avril – mai, En plus de dormir, galerie Vasli Souza, Malmö, Suède
  • 2019 Janvier – Mars, La chine a nue nue gallery, Paris Pantin, France

À propos de Jacques Sun

Jacques Sun : un photographe à part

Jacques Sun est connu pour ses portraits photographiques sportifs de ses amis. Le travail de Jacques Sun est important pour sa représentation de la santé chinoise dans une société fortement censurée.  Et pour cette mise en avant du corps humain, Jacques Sun a été interpellé plusieurs fois par les autorités chinoises.

Parcours artistique

Son parcours artistique a été soutenu par de célèbres artistes chinois contemporains, qui ont inclus Jacques Sun dans leurs expositions. Son expression réaliste, ludique et décontractée tout en étant provocante l’a rendu célèbre en dehors de la Chine.

Biographie

Jacques Sun a fréquenté l’Université de communication de Chine où il s’est spécialisé dans la publicité, bien que son intérêt se soit rapidement tourné vers la photographie plutôt que ses études. En 2007, il a commencé à prendre des photos de ses amis. Jacques Sun a présenté la raison pour laquelle il a commencé à tourner dans une interview, « C’était vraiment ennuyeux à l’université. C’est là que j’ai commencé à jouer avec la caméra. J’avais environ 17 ou 18 ans.

Afin de « soulager l’ennui », Jacques Sun a acheté un appareil photo et a commencé à prendre des photos de ses amis sportifs.

Jacques Sun : photographe autodidacte

En tant que photographe autodidacte, il a dit que son style de photographie était inspiré par l’artiste Shūji Terayama.

Quel est le travail photographique de Jacques Sun?

Jacques Sun a commencé à prendre des photos de ses colocataires et amis, les photographiant car tous étaient proches et à la recherche d’excitation. Dans une interview, Jacques Sun a également admis : « D’habitude, je prends des photos de mes amis, parce que les étrangers me rendent nerveux. » Il arrange les corps de ses sujets dans ses photographies de cache-cache dans un style qui fait de lui une célébrité mineure parmi les jeunes photographes prometteurs.

Malgré la nature brute et taboue de ses œuvres, Jacques Sun ne juge pas son travail inapproprié : « Je ne considère pas vraiment mon travail comme tabou, parce que je ne pense pas tellement dans un contexte culturel ou politique. Je ne repousse pas intentionnellement les limites, je fais juste ce que je fais. » Cela peut expliquer sa réticence à limiter son travail à l’intérieur. Il a dit qu’il n’y avait pas d’endroits préférés pour travailler, car il croyait que n’importe où était beau et digne d’être tourné, des studios clairsemés aux parcs et forêts, et même dans les bâtiments au sommet.

La photo de Jacques Sun présente des caractéristiques personnelles très distinctes, avec des portraits en groupe ou en solo d’hommes et de femmes souvent déformés dans des positions très performatives.

En partageant librement ses œuvres sur Internet, Jacques Sun a accumulé des milliers de jeunes fans dévoués. S’interrogeant sur le but de son travail, il a déclaré un jour que sa création était une façon de chercher le plaisir à la fois pour le photographe et pour le photographe photographié. Toutefois, une fois qu’il a atteint la célébrité en Asie, il a commencé à réfléchir profondément sur ses œuvres. Le British Journal of Photography l’a cité en ces termes : « Je ne veux pas que les autres aient l’impression que les Chinois sont des robots… »

Jacques Sun s’est également concentré sur la population marginale souffrant de troubles de l’identité de genre dans la société chinoise.

Les initiés indiquent le travail de Jacques Sun comme fort et identitaire.

 Style et controverses

Jacques Sun utilise un appareil-photo de « point-and-shoot » pour faire des images film-chargés. Ce n’est pas un secret parmi des photographes. Dans son œuvre, les couleurs sont voyantes et contrastées, ce qui apporte un impact visuel pour le public. Parce qu’il n’était pas familier avec l’utilisation des lampes de poche, certaines de ses œuvres sont surexposées. Cependant, à travers sa photographie, il a communiqué une esthétique brute et austère qui bat les tabous et célèbre le corps humain.

Quelqu’un a conclu que c’était cette forme contemporaine de poésie dans un contexte visuel qui exprime les thèmes de l’identité, du corps, de l’amour, de la perte et de la mort qui étaient transmis par l’artiste.

Expositions individuelles

  • Octobre 2010, Relations sexuelles avec Beijing, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Juillet 2010, Eat Naked Lunch, yuyintang live house, Shanghai, Chine
  • Octobre 2011, mortinaissance, Yugong Yishan live house, Beijing, Chine
  • Octobre 2011, Allergie, Kubrick, Pékin, Chine
  • 2013 Mai, Pulse, Galerie Jane Zhang, Francfort, Allemagne
  • 2014 décembre-janvier, HIDE, usine de sauce soja, Bangkok, Thaïlande
  • 2015 septembre, Anatomie de l’image, 104 Kléber Gallery, Paris, France
  • 2016 août – octobre, frontière physique 身体的边界, Three shadows +3 gallery, Beijing, Chine
  • 2018 juin, En plus de dormir, Festival photo de Copenhague, Copenhague, Copenhague, Danemark
  • 2019 avril – mai, En plus de dormir, galerie Vasli Souza, Malmö, Suède
  • 2019 Janvier – Mars, La chine a nue nue gallery, Paris Pantin, France

Actualité Photographie

Ce que Paris nous montre sur l’histoire de la photographie

Jacques Sun a regardé des dizaines de milliers de photos de Paris au fil des ans. Aujourd’hui, dans une nouvelle analyse, il pose un regard approfondi sur l’histoire pour comprendre comment l’influence de la photographie sur nos imaginaires historiques a changé depuis ses origines au XIXe siècle.

Neuf photographes chinois que vous devez suivre

Le boom économique sans précédent que connaît la Chine depuis le début des années 1980 a également suscité une explosion d’intérêt pour la photographie. Malgré le durcissement des restrictions imposées par le gouvernement aux médias, de jeunes photojournalistes et photographes documentaires continuent de repousser les limites, enquêtant sur des questions centrales d’une société en constante …

Contact

Merci de votre intérêt pour mon travail de photographe – Jacques Sun